Culture du coton : des scientifiques dénoncent le danger de l’utilisation de certains types de pesticides

Au Mali, l’utilisation des pesticides dans la culture du coton serait un réel danger pour la santé publique. C’est ce que révèle une étude scientifique dénommée « Évaluation des risques liés à l’utilisation de pesticides en culture cotonnière au Mali ». Elle a été réalisée et publiée le 03 mars 2020 par l’Institut de recherche pour le développement au Mali (IRD-Mali) en collaboration avec l’Institut polytechnique rural de formation et de recherche appliquée et de l’Institut d’économie rurale.

Cette étude sur l’utilisation des pesticides a été menée auprès d’un échantillon de 59 agriculteurs. Elle démontre que 20% des pesticides homologués par le Comité sahélien des pesticides (CSP), destinés à la culture du coton, contiennent des matières actives qui  présentent un risque de toxicité aigüe pour la santé et pour l’environnement.

Ils ont recensé 174 pesticides homologués par le Comité sahélien des pesticides (CSP) destinés à la culture du coton. Parmi ceux-ci il y a 106 insecticides et fongicides et 68 herbicides. Ensuite, ces pesticides sont regroupés en 50 matières actives. 10 sont interdites en Europe et se retrouvent dans 35 produits homologués (soit 20 % des produits disponibles).

68 % des herbicides utilisés au Mali sont prohibés

Selon cette étude, huit matières activités non homologuées en Europe entre dans la composition de ces 68 herbicides. Elles sont réparties dans 12 familles chimiques.

Pour les herbicides, sur les 19 matières actives de la liste Comité sahélien des pesticides (CSP), treize ont un risque de toxicité aiguë, soit plus 68 %.  

Pour l’ensemble des insecticides et fongicides, 12 des 31 matières actives ont un risque de toxicité chronique supérieur à leur risque de toxicité aiguë, soit 37,5 %. Quant aux biopesticides, l’abamectine et l’emamectine benzoate présentent des risques de toxicité aiguë élevés par voie orale et par inhalation

et pourtant le rendement de la culture du coton est en hausse au Mali

En 2018, le Mali s’est classé premier producteur de coton au niveau du continent avec 725.000 tonnes de coton-graine, selon les données de la Compagnie Malienne de Développement du Textile (CMDT). Alors qu’en 2012, la production était de 449 646. Soit une croissance globale de 62%. Ce qui a placé le Mali, en 2018, au rang de cinquième pays exportateur de coton dans le monde.

Pour atteindre ce résultat, les responsables de la CMDT recommandent aux cultivateurs des pesticides spécifiques. C’est d’ailleurs parmi ces pesticides utilisés que cette étude a trouvé des risques pour l’homme et son environnement.

Alors, ces scientifiques alertent sur le danger de l’utilisation de ces pesticides. « Compte tenu des enjeux sanitaires et environnementaux, la diffusion de solutions alternatives aux pesticides est primordiale. Le changement de pratiques, notamment l’utilisation des biopesticides, est une alternative possible pour mettre en place des modèles d’intensification écologique pour ce type de production et limiter les risques pour la santé », ont-ils concluent. Source : l’Institut de recherche pour le développement au Mali

Source : l’Institut de recherche pour le développement au Mali

2 pensées sur “Culture du coton : des scientifiques dénoncent le danger de l’utilisation de certains types de pesticides

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *